Extrait du livre de Polyeucte Guissard, Histoire des ALumnats, le sacerdoce des pauvres, Bonne Presse, 1954. Le livre retrace l’histoire des alumnats des commencements (1871) jusque dans les années 1950. Peut être qu’un jour, des anciens écriront les pages manquantes ??

EPISODE 1. PREMIERE PARTIE 1871-1918

Au mois de mars 1871, le P. d’Alzon disait à ses élèves du collège de l’Assomption de Nîmes, dans une instruction du samedi : « Puisque si peu parmi vous répondent au désir que nous avions conçu de vous voir embrasser l’état ecclésiastique, nous nous adresserons aux pauvres…, puisque vous vous jugez vous-mêmes indignes, nous nous tournons vers les gentils. »

Le fondateur avouait donc la faillite de ses espoirs. Son collège qui, dans sa pensée, devait être une pépinière de vocations pour sa famille religieuse, ne lui donna que peu de recrues. La plus célèbre fut celle du P. François Picard, son disciple de prédilection, qui devait être son successeur. Plusieurs des plus brillants hésitèrent longtemps à la porte de l’Assomption et finirent par chercher une autre voie tout en gardant pour elle unes sympathie agissante. L’héroïsme n’est pas chose courante, on ne peut l’attendre du grand nombre. Les élèves du collège, pour la plupart venus des grands familles du Languedoc, n’osaient, à juste titre, sacrifier un avenir certain aux perspectives hypothétiques d’une Congrégation naissante. Le P. d’Alzon, comme le Maître de l’Evangile, vit partir bien des jeunes gens embarrassés des entraves de la fortune. Il ne fit rien pour les retenir. Il fallait trouver autre chose.
Depuis quelques temps, il songeait à ressusciter les écoles monastiques….

(suite bientôt)

DL