Comme annoncé précédemment, l’archivage des photos de la présence assomptionniste en Tunisie se poursuit. A la demande d’un lecteur du blog, voici les photos gardées (actuellement) dans les archives représentant l’église de Mégrine

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un blogueur d’un autre site (plutôt culturel, avec un angle mode féminine (!)) s’intéressant à l’histoire des églises en Tunisie cite Chiraz Mosbah, de l’Université de Sousse : « Oscillant entre continuité avec un héritage ancien et rupture, entre tradition et modernité, la production constructive en Tunisie de l’époque coloniale témoigne d’un grand renouvellement artistique et de la présence d’influences croisées. En effet, les projets constructifs du Protectorat se partagent une architecture qui s’inspire d’un répertoire occidental (particulièrement français et italien) et une architecture qui fait référence à la tradition locale. Certaines réalisations permettent ainsi d’instituer un prolongement de l’art indigène en se réappropriant ses différents éléments, alors que d’autres reflètent des répliques classiques ou modernes qui reproduisent un nouveau langage affichant une grande adhésion aux différentes formes de l’art occidental.  Cette production constructive, fruit d’une confrontation d’anciens et de nouveaux modèles architecturaux et décoratifs, suit plusieurs courants -tantôt dissociés, tantôt combinés- que nous pouvons regrouper en 5 tendances artistiques selon différentes périodes : le style éclectique (1881-1900), qui se ramifie par la suite en style art nouveau (1900-1920) et art déco (1925-1940) inaugurant les temps de la modernisation sur le territoire de la Régence tunisienne. Parallèlement et dans le même esprit, le style néo-mauresque (1900-1930) et enfin le style moderniste (1943-1947). »

Et le blogueur de compléter : « La paroisse de Mégrine date de 1931, il existait 80 paroisses en Tunisie au moment de l’Indépendance en 1956, les Catholiques formaient une communauté d’environ 280 000 personnes en 1949, ils sont dix fois moins nombreux de nos jours, d’après le Diocèse de Tunis. »

Lien : http://www.distinctivewomen.com/archive/2008/02/26/les-eglises-de-tunisie.html

Et puis, on peut aussi faire un lien avec ce site d’un ancien habitant de la ville, du temps du protectorat, avec ce commentaire nostalgique d’une photo actuelle de l’église  :

 » L’église, hélas décapitée !. C’est aujourd’hui un centre culturel. Combien d’entre nous ont servi à la messe avec l’abbé Giraudeau ??!! On y gagnait une petite pièce et on fonçait chez Amrane acheter un casse-croûte tunisien! »

http://monsite-orange.fr/tunisie-megrine/page5/index.html

DL

Publicités